Spiritualité Chrétienne

Spiritualité Chrétienne

La Vierge de la Révélation de Tre Fontane

La Vierge de la Révélation de Tre Fontane

Apparitions à Rome en 1947


Première partie :Les apparitions


Nous évoquerons plus particulièrement la première apparition , qui est la plus importante des quatre


Il y a près de 60 ans que se produisaient à Rome les apparitions de Tre Fontane dont le protagoniste est mort en 2001. Sa disparition invite à se pencher sur une révélation qui n'a pas dit son dernier mot . Le terme « Vierge de la Révélation » a bien été employé par la Vision et mérite examen . Certes ces mariophanies n'ont pas encore été reconnues explicitement – pas plus que celles de la Rue du Bac – mais la bienveillance affichée des Papes depuis Pie XII en leur faveur , non moins que les visites incessantes des prélats de passage dans la ville éternelle ; ainsi que les nombreux miracles intervenus suffisent à accréditer leur athenticité , que d'ailleurs , nul ne saurait contester .


« Je suis celle qui suis dans la Trinité Divine »


En Italie d'après guerre , une grotte romaine s'illumine...


Nous sommes donc en Italie, dans un pays mal remis de sa défaites aux côtés des nazis, mal à l'aise dans sa république naissante. Rome est au cœur des remous politiques, des tensions sociales, de l'incertitude quant à l'avenir. En 1946 , la périphérie, distendue est mal famée, dans les quartiers du sud-est, en particulier, là ou se situe l'action. Dans les nombreuses paroisses à redresser, les prêtres, parfois étrangers – tel un certain Karol Wojtyla, qui deviendra plus tard Jean Paul II- essaient de redonner l'espérance aux gens désenchantés. En ce sens , le long de la Via Laurentina, se dresse l'un des hauts lieux de la Rome Chrétienne, la Basilique de Saint Paul hors les Murs, sur l'emplacement du martyre de l'Apôtre des Nations. La tradition affirme qu'en tombant sa tête aurait fait sourdre 3 sources, d'où le nom du quartier, Tre Fontane « les Trois Fontaines ». Non loin de là, plus tard, s'est élevée la Curie Généralice des Trappistes, avec son abbaye rouverte sous Pie IX.


Depuis 1939, Pie XII gouverne la catholicité que la guerre à tant éprouvée et son diocèse romain. Il prépare la proclamation du dogme de l'Assomption, et , avant de se prononcer , il attend des signes de confirmation . En dehors de la Basilique de Sainte Marie Majeure, le sanctuaire marial attitré est celui du Divin Amour. Sur le site valloné semi désert des Trois Fontaines recouvert d'eucapyptus, s'ouvrent ici et là des grottes dans le tuf calcaire, rendez-vous de toutes les turpitudes, dénoncées par les Trappistes.


Le 12 avril 1947, un père de famille, riverain du quartier, s'ennuie. Il a manqué le train pour Ostie, au débouché du Tibre. Il décide de rester là, ses trois jeunes enfants vaquant à leur jeux, comme le ballon (il y a deux garçonnets). De sa serviette, il sort de quoi écrire. Anticlérical sommaire (il n'a guère d'instruction), il se propose d'écrire contre les dogmes sur Marie, et cherche l'inspiration...

Tout à coup la balle roule dans l'une des grottes, et, tour à tour, les trois bambins y disparaissent , croyant la retrouver. Ne voyant aucun d'eux ressortir, le père, inquiet, se lève et découvre les enfants à genoux, immobiles, mains jointes, et déclarant voir une très belle Dame, au fond de la cavité. Il a beau les inviter à sortir, essayer de les soulever, s'emporter, il ne lui reste plus qu'à adjurer : « Dieu, sauve – nous ! ».


Un émule de Saint Paul ?


L'homme qui s'est mis en colère, mais qui appelle aussi Dieu à son secours, s'appelle Bruno Cornacchiola. Né en banlieue romaine d'une famille difficile, baptisé, l'enfant se trouve vite à la rue, et quand il rentre chez lui, il va jusqu'à battre violemment sa mère. Malgré sa première communion, faite presque par hasard, il ne connaît plus Dieu et se livre aux misères et à la bruatlité de la zone. En 1936, à 23 ans, il épouse, en Catimini, à la sacristie, Yolande, pourtant catholique pratiquante. Ils ont vite une fille Isola. Mais appâté par les gains et par sympathie pour les « rouges », il s'enrôle la même année comme volontaire dans la guerre civile espagnole. Il y rencontre un allemand, estafette comme lui, luthérien fanatique, qui, la Bible sans cesse en mains, lui enseigne la haine du catholicisme, en particulier de la Messe, de la Vierge et du Pape, n'ayant pas de peine à influencer Bruno, peu instruit de sa foi d'enfance.


Avant de rentrer en Italie, il achète à Tolède un couteau et grave sur le manche : « mort au Pape ». A son retour, il n'a qu'une idée : détruire l'Eglise, en retournant l'Ecriture contre elle même, et voulant jusqu'à poignarder le Saint Père. Il met aussitôt son programme en action. Devenu conducteur de bus, un jour, il fait trébucher un prêtre, qui doit être hospitalisé. Il se fait propagandiste passionné, ouvrant un centre pour les jeunes, et veut convertir de force sa femme au protestantisme. Bien qu'elle ait deux autres enfants, il la menace à cause de sa fidélité à sa foi, et se met à la frapper de plus en plus violemment, sous les yeux éplorés des petits. Après avoir détruit les images pieuses de la maison, il en arrive à la Madone de Pompéi, qu'il blasphème : « Non , supplie la pauvre femme, ne fait pas ça, je l'ai tant prié pour que tu reviennes sain et sauf d'Espagne ! » « Je fais ce que je veux ! » rétorque le mari. Et dans sa haine diabolique, il brûle non seulement l'icône, mais arrache le crucifix de leur chambre, le brise et le jette aux ordures. Elle fait une dernière tentative : une neuvaine des premiers vendredi du mois, qui échoue apparemment et elle suit son époux, par amour, pour ne pas briser le ménage et sauver les enfants, interdits de cathéchisme. On est alors en 1947 ; le persécuteur du Christ à 34 ans. Comme Saint-Paul, il va être terrassé par une lumière celle de la foi...


« La Vierge de la Révélation »


Dieu, soudain, répond à som imploration : « Je vis deux mains immaculées s'avancer vers moi et m'éffleurer le visage. Une lumière filtra, et en son centre, j'eus la vision du visage d'une jeune fille venue dans la splendeur d'une lumière d'or … » C'est une femme à nulle autre pareille, qui le sujugue par sa beauté de grâce. Il remarque deux choses essentielles. Elles porte dans ses mains croisées un livre... Et sous ses pieds virginaux gisent un vêtement noir lacéré et une croix brisée... Il commence à comprendre et à lire sa vie, mais plus encore, ce que la beauté céleste apparue veut lui dire. Sa communication concerne Elle-même dans le plan de la Rédemption; la conversion des pécheurs à travers celle de Bruno; l'Eglise et son chef.


Offrant son livre, elle dit à l'homme, avec une ineffable douceur : « Je suis celle qui suis dans la Trinité Divine. Je suis la Vierge de la Révélation... Mon corps ne pouvait pas se corrompre et ne le fut pas. Mon fils et les anges vinrent me chercher au moment de mon trépas... » Elle poursuit : « Tu me persécutes, cela suffit ! Entre dans le saint Bercail, cour céleste de la terre. Si tu prie beaucoup et si tu réçites le Saint Rosaire, tu obtiendras la conversion des pécheurs et l'unité des chrétiens. Les Ave Maria dits avec foi et amour sont autant de fléches d'or qui touchent le Cœur de Jésus. Avec cette terre de péché, je ferai de puissants miracles pour la conversion des incroyants. »


Après lui avoir dit comment s'opérerait sa conversion , moyennant souffrances et persécutions, elle l'assure de l'action « rédemptrice » de son épouse et du rôle vainqueur de sa neuvaine au Sacré Cœur. Enfin, elle évoque l'Eglise : « Tu te rendras chez le Saint Père, le suprême Pasteur de la Chrétienté, et tu lui confieras personnellement mon message... » Après un colloque d'une heure et quart, la Vierge disparaît dans le fond du mur; il ne reste que son suave parfum, dont Bruno est imprégné, une grande paix intérieure et la joie des trois enfants.


L'enseignement marial est clair, sans équivoque et adapté au temps


Il contient d'abord une partie dogmatique, avec l'affirmation de l'importance de la Révélation, représentée par le livre tenu par Marie sur son Cœur la Bible, bien sur. Au centre de cette Révélation est la Très Sainte Trinité, le dogme par excellence. Au cœur de la Trinité est celle qui, comme à Lourdes, se définit par sa qualité et non par son identité, ne disant pas, « Je suis Marie, ou la Vierge, ou Notre Dame », mais « Io sono Colei che sono nella Trinità divina ». Ainsi Marie, affirme ouvertement ce qu'elle a laissé entrevoir à Fatima, trente ans plus tôt . Elle établit ses relations uniques et intimes avec chacunes des Trois Personnes de la Trinité : Fille du Père, créature parfaite, ayant gardé sa totale ressemblance; Sanctuaire de l'Esprit Saint, qui l'a faite Immaculée; Mère du Christ par l'Opération du Même Esprit, Mère de Dieu. Créée de toute éternité dans la pensée du Père, elle peut se définir par un éternel présent, selon ce qu'en dit le Livre des Proverbes à son sujet. Si ce livre célèbre la sagesse éternelle, il loue a fortiori Celle qui en est la Mère. Face à la fausse notion protestante, Marie a ainsi voulu montrer qu'elle est au cœur de la Révélation. – « Sono la Vergine della Rivelazione et qu'elle ne peut en être exclue. Elle se présente en Mère de la Vérité. L'enseignement marial comporte ensuite une partie pastoral, avec la conversion des pécheurs – à commencer par le persécuteur – et leur retour au « Saint Bercail », c'est à dire l'Eglise. Marie montre par là que l'Eglise Catholique est la seule fondée par Son Fils; elle s'en montre donc la Mère. Et comme telle, elle souhaite le retour de tous ses enfants: elle prône donc l'Unité de tous les Chrétiens annonçant le Concile Vatican II . Il faut reconstruire l'Eglise dont l'unité est brisé (c'est le symbole de la Croix en morceaux), et cesser les persécutions (dont le XX e siècle a été rempli), d'où le vêtement noir, symbole de la puissance des ténèbres .


Cette unité ne peut se faire qu'autour du « Pasteur Universel » c'est à dire le Pape: c'est la partir ecclésiologique, comme à Fatima. Celui qui voulait poignarder le Saint Père doit lui transmettre un message de la Reine de l'Eglise. Il s'agissait pour elle de confirmer Pie XII dans son désir de proclamer le dogme de son Assomption, ce qui sera accompli trois ans après (le petit français Gilles Bouhours ayant été désigné par Marie pour porter au Souverain Pontife un autre message dans ce sens ). Le Pape est le Vicaire du Christ, avec toutes les conséquences qui en découlent, comme, en premier lieu, le gouvernement de l'Eglise et la proclamation et la garde de la vériré révélée. Pour bien montrer l'importance de cela, c'est justement à Rome qu'elle le fait.


Le retour à la maison


Ce retour est le premier aspect du retour total. Il en vaut le récit. Avant de quitter la grotte, le père inscrit au canif le témoignage de l'apparition: « le 12 avril 1947, ici, dans cette grotte, la Vierge de la Révélation est apparue au Protestant B.C. et à ses enfants et il s'est converti.» La Vierge lui ayant dit que contrairement aux dires des protestants, Jésus est, en conformité avec l'Evangile, réèllement présent dans l'Eucharistie comme l'Ange l'a montré à Fatima et le redira plus tard à Akita au Japon, le converti s'arrête à l'église abbatiale voisine et dit aux enfants: « Prions et adorons le Seigneur ». L'aînée demande : « Papa, quelle prière faisons nous ? – je ne sais ma fille – On dit l'Ave Maria ? – Mais, je l'ignore – moi je le sais; je l'ai appris à l'école, car tu me défendais d'aller au cathéchisme... » Alors, mot après mot, il réapprend de sa fille l'Ave Maria, en répétant : « Je Vous salue Marie pleine de grâce... » Il prie et il pleure.


Les enfants ne peuvent garder longtemps le secret et crien en arrivant à la maison. Yolande est intriguée par le parfum exquis qu'exhale son époux... « Fais-les manger et coucher, je te le raconterai ensuite... », lui dit-il avec une bonté inaccoutumé. Ceci fait, il la prend par main avec douceur et lui dit « Je t'ai appris le refus de l'Eucharistie, etc. Je ne sais ce qui s'est passé, mais je le sent changé. » Ce faisant, il s'agenopuille devant elle et lui demande pardon. La pauvre femme, effarée, lui répond: « C'est un vrai miracle: tu t'agenouilles devant moi, alors que c'est moi qui le faisait devant toi pour que tu ne me battes plus? » Et il lui raconta tout, puis ils restèrent en prière jusqu'à l'aube, remerciant Dieu et Notre Dame. Grâce à l'amour d'une épouse et celui de la Mère des foyers, le salut venait d'entrer dans leur maison...


Deuxième partie – Ses enseignements et les autres apparitions


Un Message pour la Sainte Eglise


Le premier souci de la Mère de Dieu est la sauvegarde et la propagation de la vérité. En instruisant longuement Bruno Cornacchiola, elle imite Son Fils sur le chemin d'emmaüs. Elle montre à son confident comment étudier l'Ecriture, surtout pas en restant seul mais en faisant appel à l'autorité investie pour l'enseigner: le magistère. Le travail d'exégèse, de discernement et de cathéchèse appartient toujours prioritairement à la hiérarchie eccésiale, comme l'affirme Saint Paul.


Dans cette mouvance , Marie invite l'Eglise à une orientation pastorale prophétique. Elle prône l'unité des chrétiens , anticipant le Concile Vatican II, et l'œucuménisme cher à Paul VI et surtout à Jean Paul II. Mais elle ne confond pas dogme et pastorale, la seconde dépendant du premier. Il ne s'agit pas d'édulcolorer la Révélation Catholique la seule pleinement vraie rappelée à Tre Fontane, comme les vérités intangibles du Credo, la doctrine sur la Présence réèlle, Marie, ou l'autorité infaillible du Pape, mais de les expliciter à bon droit et à bon escient.


Le deuxième enseignement ecclésial concerne les prêtres. La Vierge avait recommandé au voyant d'en trouver deux pour satisfaire ses demandes particulières. Fin avril, après une longue attente , Bruno rencontre enfin le premier, qui, sur son interpellation, devait répondre : « Ave Maria , mon fils ; que désirez-vous ? ». Ce conscacré devient son confesseur, facilite son abjuration, le conseille en cathéchèse, lui administre les sacrements, baptise son dernier enfant. Bruno s'en remet à son autorité, comprenant que les vrais convertis ne vont pas sanctifier l'Eglise à eux seuls, commes certains exaltés croient le faire. Les enfants prodigues ne peuvent pas se passer des prêtres expérimentés dont ils ont besoin plus que tout autre, ni ne doivent gêner l'apostolat de leurs frères déjà engagés. En se mettant au service de Dieu, le voyant s'efforce de donner durant sa vie apostolqie l'exemple de la manière adaptée dont un néophyte doit agir en Eglise.


Dans un message ultérieur, Marie incite ses prêtres à croire intensément aux vérités de la foi, à obéir en tout au Magistère, à un grand discernement auprès des fidèles, à une vie en conformité avec leur sacerdoce. Elle fait comprendre en même temps que les laics doivent les respecter , les écouter et leur obéir à leur tour ( Marie l'a bien recommandé à Bruno: « Quand tu auras trouvé un prêtre , obéis-lui. »)


Un message pour les pécheurs


Le sens général de l'apparition inclinait le transfuge de l'Eglise à changer de vie, disant d'autant plus : « Je n'en ai pas oublié une syllabe, et n'ai pas eu besoin d'écrire l'entretient. » Avec insistance, la Vierge « recommandait l'Evangile vécu, la doctrine vécue ». Quand beaucoup plus tard, en 1978, il rencontrera Jean Paul II, celui-ci lui dira: « Tu as donc vu la Mère de Dieu, tu dois donc devenir un saint! » De fait, il en a pris la décision dès le jour même de l'apparition, en le gravant sur la roche: « Dans cette grotte m'est apparue la Mère Divine... Elle m'invite amoureusement à rentrer dans l'Eglise Catholique, apostolique et romaine... » . Elle venait en effet de lui commander : « Tu me persécutes (allusion claire à Saul de Tarse , qui jadis persécutait Jésus), cela suffit ! entre dans le saint Bercail (de l'Eglise)! ». Elle devait être exigeante et ferme, sachant que la conversion des âmes exigeait de passer par l'exemple de Bruno. Sa conversion sera effective a partir de son abjuration, le 7 mai, lendemain de la deuxième apparition, où éblouissante, souriante et silencieuse, la Vierge de la Révélation lui signifie la joie de son retour à Dieu.


Dans son sillage, il entraîne sa famille et ses proches, et il voudrait toucher tous les cœurs. Mais, comme Marie le lui avait dit, dans un songe il entrevoit combien son témoignage sera éprouvé par la souffrance et les contradictions (suspicions, interrogatoires civils et religieux…). Il tiendra par la communion et le rosaire quotidiens. « Ainsi – lui assure Marie – tu obtiendras la conversion des pécheurs, des incrédules... » Et elle promet en retour: « Avec cette terre de péchés, je ferai de puissants miracles pour leur conversion. » Sa maison devient un centre de cathéchèse; il protège la grotte contre toute profanation, dans l'attente des décisions des autorités; il témoigne devant les journaux nationaux, dès mai; avec les encouragement de Pie XII , il s'en va évangéliser les ouvriers « rouges » de l'Emilie. Il crée une communauté séculière d'évangélisation , les S.A.C.R.I. ( les troupes vaillantes du Christ Roi Immortel), à laquelle le clergé adjoindra deux prêtres. Lors de la quatrième apparition, le 30 mai 1947, la Vierge lui demande d'aller voir les Sœurs Philippines (enseignates) voisines, afin qu'elles prient pour les incroyants du quartier.


Avec le concours de la municipalité, l'Eglise devait réglementer l'affaire, ne serait-ce que pour éviter les débordements. Dès le 5 octobre 1947, le Pape bénit sur la Place Saint Pierre une statue en bois de l'apparition, grandeur nature, portée solennelement en procession jusqu'à la grotte, où on la vénère toujours. Le vicariat de Rome autorise le culte de la vierge en 1955, après les enquêtes canoniques et le confie aux soins des Franciscains conventuels voisins. Peu à peu, le site est amménagé, un sanctuaire sommaire est édifié , devant lequel parle Bruno à partir de 1956, plus tard, la grotte est muée en chapelle où la Sainte Messe est célébrée dans les années 1980. Un comité de laïcs catholiques est aussi fondé pour propager la dévotion de la Vierge de la Révélation, aider les conversions etc. Enfin lors de l'apparition du 23 octobre 1982, Marie demande la construction d'une maison sanctuaire adjacente, « sous le vocable de la Vierge de la Révélation, Mère de l'Eglise. Ma Maison, sera ouverte à tous pour que tous entrent dans la maison du salut et se convertissent. Viendront y prier les assoiffés, les égarés. Ils y trouveront l'amour, la compréhension, la consolation: le vrai sens de la vie. La grotte où je suis apparue sera le sanctuaire de l'expiation… » Aux Trois Fontaines, Notre – Dame mérite plus que jamais son titre de Refuges des pécheurs!


Un message de paix


Marie achève sa communication en adressant une nouvelle demande: « Ce santuaire aura une porte au nom signifcatif de Porte de la Paix. Tous devront entrer par cette porte. Et ils se salueront par le salut de la paix et de l'unité: que Dieu nous protège ! »Il faut se souvenir qu'a l'époque, le spectre de la guerre nucléaire hantait encore les esprits. Nous sortions à peine de la « guerre froide »que le Bienheureux Jean XXIII avait conjurée par sa fameuse « Pacem in terris ». Le rideau de fer et le mur de Berlin jetaient toujours leur défi, et les conflits étaient hélas loin d'être terminés, lorsqu'on parcourt l'histoire tragique de ces 25 dernières années. C'est pourquoi Paul VI avait crée le 1er janvier 1968 la première Journée Mondiale de la Paix, mission que perpétue intensément Jean Paul II. Un jour, des fidèles lui ont demandés s'il viendrait prier aux Trois Fontaines. Il a répondu: « Oui, je m'y rendrais bientôt. Et nous prierons ensemble la Reine de la Paix... » Comme à Fatima, la Vierge montre quel est ce chemin de la concorde. Il passe par la conversion des cœurs, la prière comme le Saint Rosaire, le recours aux sacrements, l'étude et la mise en pratique de l'Evangile, unique source de vérité. N'est-ce pas un grand signe que Notre Dame soit apparue à l'endroit du martyre de Saint Paul, le grand propagateur de la Parole de Dieu, et qu'elle l'ait fait sous le vocable de Vierge de la Révélation?


Un message pour les Papes


Les Papes ne sont pas que des messagers de paix, si nécessaire soit-elle. Il leur incombre avant tout le devoir de proclamer cette vérité et celui d'évangéliser. L'action providentielle de Marie aux Trois Fontaines pourvoit à cette double exigence et nous en donne deux exemples frappants à travers les Papes Pie XII et Jean Paul II . Le 12 avril 1947, la Sainte Vierge avait confié à Bruno : « Tu te rendras chez le Saint Père, le Suprême Pasteur de la chrétienté, et tu lui confieras personnellement mon message. Quelqu'un que je t'indiquerais t'y conduira. Il te dira: « je me sens lié à toi… »


Ce quelqu'un était le deuxième prêtre désigné le 12 avril 1947. C'est lors de la troisième apparition de la Vierge, le 23 mai 1947, que ce consacré désireux de prier à la grotte avec le voyant, et bouleversé par son attitude pendant sa prière et sa vision, lui dit la parole prédite par la madone: « Je me sens lié à toi. » A partir de là , avec l'aide de la sœur du Pape Pie XII, vivement interpellée par les apparitions, Bruno pourra rencontrer le Pontife et lui révéler de la part de Marie la certitude de son Assomption au ciel, dogme que le Pape cherchait à définir devant la chrétienté. En outre, il l'a rencontré le 9 novembre 1949, lors d'une audience accordée aux traminots de Rome. Après la récitation du chapelet dans sa chapelle privée, il voit s'avancer Bruno qui lui dit: « Très Saint Père, voici la Bible protestante avec laquelle j'ai « tué » beaucoup d'âmes »; puis les larmes dans les yeux: « Voilà le poignard, avec l'inscription « mort au Pape », par lequel je projetais de vous tuer! Je viens vous demander pardon. » Et le Pape de répondre: « En me tuant, tu n'aurais fais que donner un nouveau martyr à l'Eglise, et au Christ une victoire de l'amour; mon fils, le meilleur pardon est le repentir... »


La Vierge de Tre Fontane va à nouveau montrer sa grande sollicitude maternelle pour la personne du Saint Vicaire, souci lié à la fois à la paix et à l'évangélisation...


Bien plus tard, on l'a dit, le voyant s'est trouvé en relation avec Jean Paul II, à propos d'une autre tentative d'attentat, beaucoup plus grave celle-là, car si la première resta velléitaire et fut le fait d'un laïc, la seconde passa à l'acte et émanait d'un prêtre ! En effet place St Pierre, le 2 février 1982, 9 mois après le premier attentat du 13 Mai 1981, dont le Pape a été protégé par la Dame du Rosaire de Fatima, celle-ci à annoncé au voyant que le Saint Père serait agressé une seconde fois, mais qu'il ne devait pas craindre, car elle le protègerait à nouveau. Cette prophétie lui a été transmise et, effectivement, le 12 mai suivant, à Fatima même, alors que Jean Paul II venait remercier Marie de l'avoir préservé de la mort, j'ai vu la scène du second attentat: le prêtre sortant de sa manche une dague (on notera ici la similitude avec le poignard de Bruno), mais aussitôt ceinturé par la garde du Pape; celui-ci le bénissant cependant... Toute cette scène est gravée dans ma mémoire: je revois encore le prêtre dévoyé emmené par les gardes... Mais , à la différence de son prédécesseur, il ne voulut pas demander pardon.


Si Pie XII et Jean Paul II avaient été tués, que serait devenu pour l'un, le Dogme projeté, pour l'autre, sa prodigieuse pastorale d'évangélisation? Et est-ce que le gigantesque processus de consécration de l'Eglise, du monde et de la Russie inauguré par Pie XII, aurait trouvé sa suite et son accomplissement? (n'oublions pas que c'est Jean Paul II qui a accompli les demandes que Marie a faites à Fatima: la consécration du monde, de l'Eglise et de la Russie a son Cœur Immaculé).


La portée et l'actualité du message


Dans ces conditions, sur cette terre de sanctification, les prodiges promis et les plus variés n'ont pas tardés à se produire, à commencer par les gérisons. La première à touché un employé municipal, Carlo Mancuso. Cet indifférent, gravement accidenté au bassin, est soudain guéri par l'application d'un peu de terre des Trois Fontaines sur son mal. Aujourd'hui, le sanctuaire est tapissé d'ex voto témoignant du nombre incalculable de grâces reçues par les pèlerins et les malades. Nous l'avons contaté lors de plusieurs pèlerinages. Le charisme des Trois Fontaines, n'a pas fini d'étonner, Marie multiplie les signes de sa présence, de son amour, de sa puissance, en lien avec notre époque tourmentée.


Le 12 avril 1980, alors que l'on fête le 33e anniversaire des apparitions, devant quelques 30 000 fidéles, à la consécration, le soleil se met à palpiter, comme à Fatima, et a perdre sa brillance pour devenir semblable à l'hostie; la plupart des assistants, et même des personnes extérieures, perçoivent des phénomènes semblables à ceux de Fatima. Ceci pendant 40 minutes, en présence de Bruno, la Vierge l'ayant averti le 7 novembre précédent. Le 12 avril 1982, au cours d'une cérémonie du Mouvement Sacerdotal Marial rassemblant 34 concélébrant (dont un membre de la Secrétairerie d'Etat) et entourés de 10 000 présents, au moment où les prêtres commencent à dire: « Voici l'Agneau de Dieu... » de nouveaux signes apparaissent dans le soleil: redevenu visible, avec au centre le momnogramme IHS, il se colore entièrement de couleur successives, avec une bordure en forme de couronne très brillante et d'extraordinaires rayons multicolores; certains les voient tournoyer; d'autres rester fixe, ceci pendant près de cinquante minutes; à la fin, il descend d'un coup pour rattraper son temps astronomique. Comment ne pas penser au célèbre chapitre XII de l'Apocalypse de Saint Jean où il est parlé de la « Femme ayant le soleil pour manteau , un couronne de douze étoiles sur la tête... » ?


Il est vrai que nous étions à un mois de la consécration solennelle du monde et de l'Eglise à Fatima, consécration que Satan avait essayé par tous les moyens d'empêcher. Mais Notre Dame – en sa toute puissance, avait tiré d'un mal (l'attentat du 13 mai) un grand bien, et entendait le montrer. C'est vers cette époque que Yolande, l'épouse de Bruno, l'a laissé veuf, les enfants, adultes, faisant leur vie. Le voyant n'a cessé d'être fidèle à sa conversion: il venait souvent aux Trois Fontaines, recevant des pèlerinages, animant les cérémonies, parlant à des évêques, et surtout, récitant inlassblement son rosaire. Nous l'avons vu une fois, assis dicrètement, face à l'autel, le disant en silence. Il nous a quittés en ces saintes dispositions le vendredi 22 juin 2001. Le quadruple message de Tre Fontane reste plus que jamais, avec la Vérité menacée par « l'apostasie silencieuse » (Jean Paul II) , les progrès des sectes et de l'Islam; le Sacerdoce aux multiples problèmes; la paix enrayée par la plaie du terrorisme et l'extension des conflits de toutes sortes et à tous les niveaux; la mission de Pierre que les forces sataniques essaient de contrer sans relâche.


Mais le charisme de Tre Fontane nous invite à espérer en toute confiance dans le Nom du Seigneur et l'intercession puissante du Cœur Imaculé de Marie, si les hommes le comprennent enfin. C'est le chemin que nous a indiqué le confident de la Vierge de la Révélation.


Texte de Mr Bernard Balayn extrait des N°403 et 404 du Journal Stella Maris


Bibliographie:

« Le Petit Gilles (1944-1960) Messager de Marie auprès du Pape » - Jean Philippe aux Ed. du Parvis.

« La Vierge de la Révélation » Trois Fontaines , Rome par Mgr Fausto Rossi aux Ed ; du Parvis CH.1648- Hauteville / Suisse.

Livres disponibles sur le site www.parvis.ch

 

Adresse du Sanctuaire de la Vierge de la Révélation

Santuario "Virgen della Rivelazione"

Frati Minori Conventualli

Via Laurentina, 450

I- 0042 Roma, Italia



27/01/2008 0 Poster un commentaire

Liens

Voir les articles de la catégorie Apparitions
Imprimer cet article